La recherche au service de la performance en Santé
HESPER Health Services and Performance Research EA7425
La recherche au service de la performance en Santé
FrançaisEnglish
Université Claude Bernard Lyon 1
La recherche au service de la performance en Santé

Équipe de recherche

MOUMJID Nora

MOUMJID Nora

AXE 2 HESPER - Maître de conférence universitaire UCBL-Economiste de la Santé- Coordonnatrice adjointe Axe 2 HESPER
Téléphone : 04 78 78 51 06
E-mail : nora.moumjid@univ-lyon1.fr

Affiliations

Université Claude Bernard Lyon 1 

Centre Léon Berard

Axes de recherche

Notre projet de de connaissance relève du champ nommé « Health Services Research» qui regroupe les activités de recherche qui s'intéressent aux paramètres du secteur de la santé qui ne sont pas inclus dans le champ de la recherche biomédicale : politiques de santé, organisation des soins, accès aux soins, préférences des consommateurs de soins etc. La perspective particulière que nous souhaitons développer est relative à la complémentarité ou à l’opposition entre les notions de santé publique et de santé des individus dans le design du système curatif. Plus précisément, la santé publique, appelée parfois santé des populations, est abordée par le prisme de l’épidémiologie et de l’économie de la santé. Elle détermine les services que l’on doit proposer à un groupe de population, s’appuyant sur l’« Evidence-Based Medecine» qui se fonde sur des guides de bonnes pratiques basés sur les données actuelles de la science. Les caractéristiques propres aux incertitudes quant aux personnes qui feront partie de celles pour qui les traitements ou les prises en charge fonctionneront ne permet pas de déterminer a priori qui doit ou ne doit pas être pris en charge selon la recommandation édictée dans le guide de bonne pratique. Cette posture permet standardisation, économies d’échelle et décisions au bénéfice de la collectivité. La santé des individus repose quant à elle sur la personnalisation des prises en charge et le postulat propre au colloque singulier. L’individu qui recevra un traitement valable pour la majorité de la population est-il représentatif de cette majorité ? Celui qui recevra un traitement qui lui apporte un bénéfice à court terme mais lui causera des effets secondaires à long terme a-t-il le droit de choisir de bénéficier d’un traitement innovant mais auquel on renoncera par peur qu’il soit plus nocif que bénéfique, ou inversement ? Celui dont on soignera la maladie pour qu’elle n’ait pas d’effet létal mais qui devra repartir du système de soin avec un handicap majeur qui le privera de toute vie sociale a-t-il le droit de préférer les effets létaux de sa maladie aux solutions médicales qui le maintiendrait en vie ? A quelle qualité de vie la personne malade peut-elle prétendre ? Les préférences des patients, ou des consommateurs de soins peuvent se trouver en contradiction avec ce que la santé publique préconise du point de vue de la population.

Nous nous situons donc dans un projet de recherche soucieux d’obtenir un "équilibre" dynamique entre des préoccupations collectives standardisantes et des préférences individuelles qui ne sont forcément pas toutes conformes aux standards collectifs. Nous souhaitons étudier comment, au niveau individuel et collectif, on peut contribuer à résoudre les conflits de posture afin d’obtenir des solutions qui permettent d’organiser des prises en charge faisables techniquement,  viables économiquement, acceptables et souhaitées par les individus.

Biosketch

Nora Moumjid, économiste, est Maître de Conférences des Universités – HDR au sein de la Faculté de Pharmacie et des Sciences Biologiques de l’Université Claude Bernard Lyon 1. Elle est en outre membre du Groupe d’Analyse et de Théorie Economique Lyon-Saint Etienne (UMR 5824 CNRS) et du Département Cancer et Environnement du Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Léon Bérard à Lyon. Elle a été chercheur-invité en 2011-2012 au sein de l’équipe de recherche Transfert des Connaissances Evaluation des Technologies et des Modes d’Intervention en Santé du Professeur France Légaré à l’Université Laval (Québec, Canada). Ses recherches analysent les préférences des consommateurs de soins dans le cadre des décisions de santé qui les concernent. Ses travaux conceptuels et empiriques en cancérologie focalisent leur attention sur la prise de décision partagée (shared decision-making) dans la rencontre médecin-patient ainsi que la prise de décision informée par le consommateur de soins s’appuyant sur le développement d’outils d’information et d’aide à la décision (decision aids).