La recherche au service de la performance en Santé
U.INSERM 1290 - La recherche au service de la performance en Santé
Français
Université Claude Bernard Lyon 1
U.INSERM 1290 - La recherche au service de la performance en Santé

Actualités du laboratoire Hesper

Réunion Scientifique 10 septembre 2021 à 12h30

Laurent Boyer : « Making Public Health »                                                                                                                                                                                                                        This conference aims to define what it means to "Making public health". To illustrate this reflection, we will use two studies based on two real-world data (RWD) studies from the French national medico-administrative databases.
1/ Schizophrenia and Pregnancy, or a reality that society does not consider as a public health problem (although it should...).
2/ Mental disorders and Covid-19, or how RWD studies have influenced the recognition of vaccine priority in patients with mental disorders. 

- Laurent Boyer : « Faire de la Santé Publique »
 Cette communication visera à "définir" ce que signifie faire de la santé publique. Pour illustrer cette réflexion, nous aurons recours à deux illustrations basées sur deux études sur données de vie réelle à partir des bases de données nationales médico-administratives françaises.
1/ Schizophrénie et Grossesse, ou une réalité que la société ne se donne pas comme problème de santé publique (alors qu'elle le devrait...).
2/ Pathologies mentales et Covid-19 : impact des études sur données de vie réelle dans la reconnaissance de la priorité vaccinale.

Réunion Scientifique 3 septembre 2021 à 12h30

- Isabelle Durieu : Utilisation d’une base de données chainant les données du SNDS et du Registre Français de la mucoviscidose pour évaluer la consommation de soins et les coûts à l’aube de l’arrivée des traitements modulateurs « hautement efficaces » (HEMT).

Discutante : Marie Viprey

La mucoviscidose est une maladie génétique grave concernant plus de 7000 malades en France et dont le pronostic a d’ores été beaucoup amélioré au cours des 20 dernières et va être encore bouleversé par la mise à disposition d’une nouvelle génération de traitements modulateurs accessibles à la majorité des patients. Cette maladie bénéficie d’un réseau de centres de référence structurés sur le territoire et d’un registre national portée par l’association « Vaincre la Mucoviscidose » et renseigné par l’ensemble des centres.

Nous avons réalisé un chainage probabiliste des données du registre avec celles du SNDS avec pour objectif premier d’évaluer l’évolution de la consommation de soins et des coûts de la prise en charge depuis 2006. Les objectifs ultérieurs sont d’évaluer l’impact des nouveaux traitements et les évolutions des organisations et des parcours de soins à adapter aux nouvelles conditions cliniques et aux attentes formulées par les patients.

Réunion Scientifique 9 juillet à 12h30

- Yohan Fayet : « Vers une métropolisation des soins de cancer ? Analyse géographique de l’évolution des parcours de soins depuis le début des années 2000. »                                                                                                                              

 Dans un contexte de rationalisation progressive de l’offre de soins hospitaliers en France, les progrès enregistrés en cancérologie depuis plusieurs décennies ont permis une amélioration significative de la survie des patients mais ont aussi favorisé une centralisation des soins dans les établissements spécialisés. A partir de données hospitalières, nous proposons une analyse géographique de l’évolution de l’accessibilité spatiale des soins et de l’activité de chirurgie en cancérologie. Les résultats rapportent une dynamique de métropolisation de l’activité de chirurgie des cancers depuis le début des années 2000, dont les effets sur les patients et leurs territoires d’origine devraient être plus largement évalués.

 

 

Réunion Scientifique 2 juillet 2021

- Philippe Michel - David Vallat : « Présentation du projet Coping, avec les résultats de sa partie qualitative. »

Discutante : Julie Haesebaert   

La crise Covid_19, plus que d’autres crises majeures, a exacerbé les qualités et les défauts intrinsèques et extrinsèques à tous les niveaux du système de soins du fait de la durée de cet épisode et du changement profond des modalités de travail qu’elle a induit. Cet évènement a fonctionné comme un miroir grossissant du fonctionnement habituel, révélant des dysfonctionnements parfois sous-estimés voire inconnus. Le système de santé a fait face aux défis, dans l’immense majorité des situations, mais au prix d’adaptations, et parfois de conséquences délétères majeures.

Dans le cadre d’un projet de recherche Coping (financement 2020 fast-track Covid DGOS), nous faisons l’hypothèse que, en réalité, ce sont les limites de la gestion des risques « classique » qui pourraient en être le principal facteur explicatif. L’une des caractéristiques essentielles à la gestion des risques est la fiabilité organisationnelle (HRO). L’approche HRO est centrale en management de gestion des risques dans le secteur sanitaire car l’intervention humaine y est majeure. Elle part du postulat que l’erreur humaine est importante, que l’organisation est complexe, et que malgré cela l’organisation doit être capable de fonctionner sans erreur pendant de longues périodes de temps. Elle renvoie à des caractéristiques comme la fiabilité et la performance de l’activité opérationnelle, l’existence de plans de continuité, l’optimisation des flux et des services supports, l’amélioration continue.

L’objectif principal est d’évaluer le processus de gestion de l'épidémie de Covid-19 par les CHU de la région Auvergne-Rhône-Alpes, et des structures en lien avec eux (établissements de leur territoire, ARS, associations d’usagers), en termes de points d’amélioration et de bonnes pratiques. Cette évaluation concerne les phases de préparation, de gestion et de sortie de crise durant l’année 2020.

Les objectifs secondaires sont d’explorer, à distance de la crise, l’expérience des patients pris en charge lors de la période de crise ; de comparer les modalités de gestion de crise et les points d’amélioration/bonnes pratiques entre les établissements ; d’élaborer un outil d’auto-analyse pour la gestion de crises futures à partir du guide de l’OMS ; d’élaborer des méthodes de préparation à la gestion de crise pour améliorer la capacité de faire face à l'incertitude (outils de simulation notamment).

L’échantillon est les quatre CHU de la région AuRA. L’analyse est réalisée au travers d’une revue de littérature, d’entretiens individuels avec les différentes catégories de professionnels les plus impliquées pendant la crise dans chaque CHU, d’un questionnaire d’expérience patient ayant été hospitalisé pendant la première vague et d’un test de l’outil OMS dans les quatre CHU.

Le projet est en cours. La crise Covid_19 a apporté une dimension nouvelle à prendre en compte : « l’inconnu inconnu » qui n’est pas habituelle en gestion des risques. Les prochaines étapes sont d’élaborer des outils destinés à changer notre perception de l’incertitude au travers du knowledge management et de la formation à l’incertitude.