La recherche au service de la performance en Santé
HESPER Health Services and Performance Research EA7425
La recherche au service de la performance en Santé
Français
Université Claude Bernard Lyon 1
La recherche au service de la performance en Santé

Actualités du laboratoire Hesper

Mme Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, félicite les membres de la Task Force " Financement de la Santé ", dirigée par Mr Jean Marc Aubert, pour la remise de leur rapport sur le paiement combiné.

Jean Marc AUBERT remet à Mme la Ministre de la santé Agnes Buzyn le rapport sur la transformation du financement du système de Santé.
Cyrille Colin membre de la task force et membre de l’équipe HESPER est co auteur de ce rapport

 

Mme Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, félicite les membres de la Task Force " Financement de la Santé ", dirigée par Mr Jean Marc Aubert, pour la remise de leur rapport sur le paiement combiné.

Etude Pérennité, Dr Pauline OCCELLI – investigateur principal

Etude Pérennité, Dr Pauline OCCELLI – investigateur principal

 

Dans les projets de recherche sur l’amélioration de la sécurité des soins, l’évaluation de la pérennité des programmes est peu testée. Or, il a souvent été constaté l’abandon des programmes mis en œuvre.

La pérennité d’un programme se définit par la poursuite des éléments qui le composent. Elle implique aussi le maintien de son efficacité, son intégration dans les processus de travail, l’adaptation du programme au contexte local, son intégration dans la culture organisationnelle, et sa diffusion à d’autres centres.

Le projet « Pérennité » a pour objectif d’évaluer la pérennité d’un programme de gestion des risques mis en place dans des structures pluriprofessionnelles de soins primaires dans le cadre de l’étude PRisM*. De 2015 à 2017, 18 centres, pôles et maisons de santé ont ainsi mis en place un programme de gestion des risques constitué de : 1) Une formation sur la gestion des risques en ville ; 2) La désignation d’un référent de gestion des risques ; 3) La réalisation de six réunions d’analyse systémique d’évènements indésirables associés aux soins. Deux ans après la fin de PRiSM, nous allons étudier le devenir du programme tel qu’implémenté initialement.

Les retombées du projet Pérennité sont notamment de connaitre les facteurs favorisant la pérennisation de programmes de gestion des risques en soins primaires et de proposer un cadre d’analyse de la pérennité des programmes d’amélioration des services de santé.

*Etude PRiSM, Pluriprofessionalité et gestion des Risques par un programme Multifacette en soins primaires, PREPS 2013

SAVE THE DATE : 13ème Congrès Médecine Générale France 4-6 avril PARIS "ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM Un focus sur le médicament"

Un sujet méconnu et pourtant sur les 100 patients vus par un médecin généraliste en 1 semaine, au moins 1 serait victime d’une erreur médicamenteuse potentiellement grave et le plus souvent évitable.

D’où provient l'erreur ? Comment est-elle prise en charge ?

Le représentant de l’ANSM nous informera des différents types d’erreurs, des populations à risque et des modalités de déclaration.Marc Chanelière ou Catherine Sgro nous montrera que le repérage et l’analyse des erreurs est possible collectivement sur le terrain. Un pharmacien abordera les interfaces à risque et les outils mis en place.

Inscription au Congrès

 

Le CMG et l’ANSM ont organisé en novembre 2018 pendant la semaine consacrée à la « sécurité médicamenteuse des patients » une journée de réflexion sur les erreurs médicamenteuses.

A revoir sur la chaine Youtube

https://www.ansm.sante.fr/Agend
a-ANSM/Les-erreursmedicamenteuses-
en-ville

 

Pour signaler une erreur médicamenteuse

Le compte-rendu d'une expérience de terrain

 

Source

Chaire Prevent'Horizon

 

 

Co-dirigée par Jean-Louis Rullière, Professeur d’économie à l’UCBL (ISFA-SAF) et Anne-Marie Schott, Professeur de santé publique à l’UCBL et Directrice du Laboratoire HESPER, la Chaire se donne un horizon de 5 ans pour intégrer les modèles de la prévention en santé dans le calcul économique des acteurs de l’assurance.

Ce programme de recherche de grande envergure s’inscrit explicitement dans le cadre des enjeux que représente la soutenabilité d’un marché de la prévention et de la complémentarité de ce marché avec celui de l’assurance dans le domaine de la santé et de la prévoyance.

Alors que les dépenses de santé en France sont parmi les plus élevées des pays de l’OCDE (12% du PIB), le paradoxe veut que la France affiche, dans le même temps, une espérance de vie sans incapacité à 65 ans inférieure à celle des pays du Nord de l'Europe et de la Grande Bretagne, ainsi qu’une mortalité précoce évitable par prévention primaire bien au dessus de la moyenne européenne. Ces chiffres révèlent les limites d’un système de santé orienté quasi exclusivement vers une prise en charge curative et soulignent ainsi les enjeux que représente la prévention. Même si la France tend à mettre en place des mesures pour réorienter les efforts en direction de la prévention (loi de santé 2004, loi de santé 2015, Stratégie Nationale de Santé,  etc.), ces dispositions législatives et réglementaires ne suffisent pas à orienter les comportements attendus dans le cadre une politique de prévention efficace.

C’est dans ce contexte que la Chaire Prevent’horizon répond à la nécessité partagée par tous les partenaires financiers et académiques d’évaluer dans quelles mesures la prévention en santé pourrait se concrétiser par des mécanismes efficaces qui donneraient une réalité à la notion de marché de la prévention. L’enjeu consiste à induire les comportements propices à la réduction des risques plutôt que de recourir au système assurantiel de la couverture, et ainsi aller vers une solution gagnant-gagnant : l’assuré exposé à de moindre risques, l’assureur couvrant de plus faibles risques et la puissance publique devant moins souvent jouer le rôle de l’assureur de dernier ressort.

 

Site Internet

Twitter

Linkedin